Vélo

Les vélos brestois

Les Vélos Brestois est le nom de la nouvelle enseigne de la boutique-atelier de Breizh Bamboo Bike. Il y a même un nouveau site internet pour parler de cette activité : lesvelosbrestois.fr

En effet, dès la fin du confinement (mi-mars à avril/mai 2020 pour la postérité), je devrais pouvoir ouvrir mon atelier de réparation de vélo au 173 rue Jean Jaurès à Brest.

Pourquoi ouvrir un atelier ?

Depuis le début du projet, je savais que je devrais ouvrir un lieu pour pouvoir organiser les stages de fabrication dans de bonnes conditions. Et puis c’est sympa de bosser à la cave mais j’avais envie de revoir la lumière du jour !

Plusieurs options étaient possibles entre un espace de fabrication de vélo ou un lieu ouvert au public. La fermeture de VeloSprint (Pierre Riou) au Pilier Rouge et l’opportunité d’avoir un local rue Jean Jaurès m’ont décidé à ouvrir un atelier de réparation.

Encore un magasin de vélo à Brest ?

Oui et non. D’une part je ne revendrais pas de vélo de grandes marques, je commercialiserai uniquement mes propres vélos. Du coup, pour la réparation je n’aurai pas de clients attitrés, il faudra que le service soit de qualité pour fidéliser les cyclistes brestois !

D’autres part, je vise en priorité une clientèle de cyclistes urbains, avec des accessoires orientés mobilité, plutôt que des cyclistes loisir/sport. Enfin, je proposerai des services originaux comme la prise de rendez-vous en ligne, le suivi des vélos et des cours de mécaniques.

Et dans tout ça, que deviennent les vélos en bambou ?

La surface de la boutique est divisée en 2 espaces : Un atelier de réparation en vitrine et un atelier de fabrication en arrière boutique. Le principale avantage de ne pas faire de revente de vélo est que j’ai besoin de beaucoup moins d’espace. Enfin avec 35m², ça risque d’être assez serré…

Au début, la boutique sera ouverte du mercredi au vendredi uniquement. Les cours de mécanique seront proposés le samedi. Cela me laisse deux jours par semaine pour gérer les prestations entreprises (j’ai récupéré la maintenance des VAE de La Poste après la fermeture de VeloSprint). Je pars de l’idée que je ne vais pas être débordé par les clients au début, donc je pourrai organiser des stages de fabrication pendant les horaires d’ouverture de la boutique.

À moyen terme, je verrai s’il est préférable de continuer la maintenance ou de m’occuper exclusivement des vélos en bambous, ou encore d’embaucher un salarié et d’augmenter le volume de production.