Le monde du vélo en 2021

L’année 2020 – année de l’arrivée du Covid 19 en France – année du premier confinement entre mars et mai – cette année fut certainement la plus déroutante depuis très très longtemps !

Pour les entrepreneurs, c’est une année d’incertitude, de stress, de pertes et parfois de profits. C’est une année de questionnements, d’ajustements, voire de transformation de l’activité, pour s’adapter au monde version Covid.

Le vélo est très fortement impacté par cette crise sanitaire et économique mondiale. Les conséquences, bonnes ou mauvaises, sont d’une amplitude sans précédent. Voici une rapide présentation de la situation :

Explosion mondiale de la demande en vélo :

  • La sortie du confinement a donné envie au monde entier de pratiquer plus d’activités de plein air. Le vélo est particulièrement adapté, puisqu’il se pratique en ville comme à la campagne, été comme hiver, avec un budget raisonnable.
  • Les déplacements à vélo ont été identifiés comme un geste barrière par rapport aux transports en commun. Ils permettent de respecter les distances et d’éviter les embouteillages.
  • L’interdiction de nombreux loisirs (culture, voyages, restaurants…) entraine un report du budget non dépensé. Cela se voit en particulier dans le vélo à assistance électrique (VAE) dont le prix moyen ne cesse d’augmenter.
  • Enfin, il y a un phénomène de mode et une réponse classique à la pénurie : S’il risque de ne plus y en avoir, je vais en acheter même si je n’en ai pas besoin tout de suite.

Approvisionnement qui a du mal à suivre :

  • La plupart des composants de vélo viennent d’Asie et de Chine en particulier. Le premier confinement a stoppé les usines pendant 2 mois, puis l’activité a repris très progressivement. Pendant ce temps les vélos ont continué à se vendre.
  • Le quasi monopole de la marque Shimano oblige tous les assembleurs de vélos à attendre d’être livré – Il n’y a pas d’autres acteurs de taille comparable chez qui aller se fournir.
  • L’approvisionnement était déjà en flux tendu, avant l’épidémie, certaines marques, dans le VAE, avaient déjà des difficultés pour suivre la demande.
  • L’explosion de la demande est trop brutales pour que les fabricants puissent ajuster leur production. Les pénuries sont donc annoncées jusqu’à 2022.

Augmentation des prix annoncée :

  • D’un côté une augmentation de la demande, de l’autre une production qui ne suit pas. Dans le monde du capitalisme, cela entraine forcément une augmentation du prix.
  • Cela s’applique à tous les niveaux : énergie, métaux, transport, main d’œuvre en Asie. Donc l’augmentation du prix des vélos, en bout de chaine, risque d’être conséquente.
  • La bonne nouvelle derrière tout cela : Si cela coûte plus cher d’importer des composants ou des vélos chinois, proportionnellement, les vélos made in France vont devenir plus « abordables ».

Quel impact sur Breizh Bamboo Bike ?

Concernant les cadres de vélos, pour le moment cela ne me change rien, car j’ai un peu de stock des différents éléments et presque tout vient de France. Par contre, pour le reste du vélo c’est une autre histoire !

Je propose régulièrement des vélos à la carte, donc je ne stocke pas beaucoup des composants les plus onéreux, et comme jusqu’ici c’était facile de s’approvisionner en temps réel, je n’ai pas anticipé la pénurie.

Concrètement, je n’ai actuellement plus de fourches pour fabriquer